Le pédagogue

LE PÉDAGOGUE

« L’expression positive est la source de la créativité » Jacky Craissac

Jacky Craissac est aussi renommé en tant que pédagogue. Il est précurseur d’une pédagogie ancestrale.

Arrivé de l’étranger et porté par son vécu et son expérience de musicien professionnel, impulsé par le besoin de transmettre, il réalise qu’en dehors des écoles traditionnelles de musique et du conservatoire, il n’existe pas à Bordeaux d’autres structures artistiques musicales dirigées par des musiciens professionnels comme l’école de Kenny Clarke à Paris.

Il répond finalement au besoin d’écoute, de liberté face à l’instrument et d’ouverture d’un jeune public désireux de travailler d’une manière différente avec un rythmicien professionnel de renom.

L’être humain est incontestablement au centre de sa démarche.

Sa clairvoyance le conduit à proposer des cours et des stages de rythme intérieur parce qu’il est conscient qu’il faut développer l’expression avant d’aborder la technique et la théorie.

Outre le goût de la rigueur, il leur transmet le plaisir de jouer, leur donne la possibilité de s’exprimer sur différentes scènes et les intègre dans plusieurs de ses créations avec danseurs et peintres.

Dans les années 70, son cheminement et son engagement pédagogique se précisent.

Ils débouchent sur ce qu’il nomme un travail artistique de l’humain qu’il développe dans son école d’expression artistique de transmission orale par le son et le rythme dans le Sud Ouest de la France de 1970 à 2010 .

Son approche non académique relève d’une pédagogie qui privilégie l’instant présent, l’émotion et qui permet de développer l’hypersensibilité qui est en soi.

Elle s’adresse aussi bien aux musiciens et aux artistes qu’à l’être humain en général.

L’improvisation sous toutes ses formes, qu’elle soit rythmique, sonore, corporelle, verbale ou vocale, occupe une place de plus en plus grande .

Dans sa pédagogie de l’instant présent, rien n’est figé. Son esprit créatif invite à des exercices toujours nouveaux qui sont autant de nouvelles découvertes sur le chemin de la connaissance de soi, à l’image de celui de la vie.

Son caractère multidisciplinaire et créatif suscite l’intérêt dans divers domaines : culturel et aussi social, médical et paramédical, scolaire, universitaire, professionnel et économique.

Il intéresse tout d’abord :

En 1984, il participe à la sensibilisation à la pratique de la relation et de la communication par les sons dans les services des Professeurs Tignol et Bourgeois, psychiatres au Centre Hospitalier Universitaire Charles Perrens de Bordeaux. Cet évènement était organisé par l’association Poly-Sons. Parmi les autres intervenants, il y avait le Groupe de recherche Musicale (GRM-INA), les Jeunesses Musicales de France (JMF).

Les effets bénéfiques de ses sons sur les malades interpellent les médecins et le personnel soignant, éveillent leur intérêt.

Cela fera école.

Sa notoriété d’artiste-pédagogue étant acquise, il est invité à participer à des expositions, des conférences, des congrès, des journées d’études, des concerts-lecture et des masterclasses.

Nous citerons quelques interventions à :

  • La Journée Musique Sicorde au Centre Médico-Educatif Don Bosco de Gradignan (1991).

    Le Salon Aquitain des Musiques SAM 90 présenté par l’ADAMA à Bordeaux (1990).

  • Le congrès régional du Centre des Jeunes Dirigeants d’Entreprise d’Aquitaine « Créativité et processus de création : les organes sensoriels et la créativité » (1995).

  • La journée d’étude « Expression, Culture et Lien social, partage d’expériences d’ateliers d’expression musicale », Association Saint François Xavier – Don Bosco à Gradignan (2006).

  • Le concert-lecture : Découvertes sensorielles et expression artistique pour les enfants et les professeurs des écoles de musique de Porto en 2001.

  • La conférence illustrée destinée aux professeurs de le conservatoire de musique et une découverte sensorielle aux enfants des écoles primaires de la ville de Gradignan (33-Gironde) en 2006.

Son œuvre puissante et unique, son approche transversale de la musique ainsi que sa vision particulière de l’art ont réellement de quoi intéresser la filière Musique de l’université Bordeaux Montaigne et le conservatoire de Bordeaux.

Le conservatoire de Bordeaux l’intègre en 2007 à un événement constitué :

La filière Musique de l’Université Bordeaux Montaigne, intéressée par son regard d’artiste singulier et de pionnier, le sollicite pour la préparation de la licence et du Capes Musique et de l’agrégation.
Son intervention se prolongera jusqu’en 2010, date de son décès.